Sur des plafonds disparus de Fontainebleau

 

Des ambitieux décors créés pour les appartements royaux de Fontainebleau au XVIIe siècle, ceux réalisés pendant la régence d’Anne d’Autriche dans les années 1640-1650 ont peut-être été les plus maltraités. Hormis les plafonds de la chambre du roi, des deux chambres de la reine dans l’aile du donjon et dans celle « des Poêles » et d’une petite portion de celui de la salle des gardes de cette même aile, l’essentiel du décor conçu à partir de 1644 sous la direction de François Sublet de Noyers puis de son successeur, Antoine de Ratabon, a été détruit par les aléas du goût ou les réaménagements énergiques entrepris au XVIIIe siècle. Aucune trace (hormis quelques gravures) ne subsiste du beau vestibule de la galerie de la reine décoré par Simon Vouet, ni du magnifique « grand cabinet » aménagé dans le pavillon des Poêles et orné dans ses lambris de beaux paysages d’Henri Mauperché, qui faisaient délicieusement écho aux grandes fenêtres ouvrant sur le parc. Difficile d’imaginer aujourd’hui que presque toutes les pièces des appartements royaux, au premier étage du château, étaient pourvu d’un grand plafond peint à compartiments, pourvu de scènes mythologiques ou allégoriques chantant les bienfaits de la régence ou le souvenir du défunt Louis XIII. On en trouvait ainsi dans les appartements du roi et de la reine, dans celui de Monsieur (dans l’aile nord-est de la cour du donjon), et celui des reines-mères dans l’aile des Poêles.

A propos de ces plafonds, un document précieux a été peu exploité jusqu’à présent. Il s’agit d’un plan partiel des pièces de l’appartement du roi au premier étage (Paris, BnF, Estampes, Reserve, HA-18 (A, 7)-FT 4), dressé par l’agence de Robert de Cotte sans doute peu avant 1714, date à laquelle des travaux sont ordonnés par Louis XIV dans le cabinet du roi (servant alors de chambre à coucher) pour y aménager un hémicycle occupant l’espace entre le cabinet et la grande chambre de parade. Détail rare, l’architecte a pris la peine de relever finement la structure des trois plafonds des pièces situées au nord. Le plafond de la chambre du roi, au centre, est aisément reconnaissable par sa structure quadrilobée, correspondant parfaitement à celui qui subsiste aujourd’hui. Les deux autres, en revanche, témoignent de l’apparence de plafonds disparus. On distingue, à l’ouest, le cabinet du roi et son plafond à grosses poutres ménageant neuf grands compartiments rectangulaires ou carrés. Le dessin offre ainsi un témoignage unique sur l’aspect du plafond de ce cabinet, construit dès 1528 pour François Ier puis orné en deux campagnes successives, en 1541-1546 puis en 1560-1561, toujours sous la direction de Primatice. Le dessin de Robert de Cotte complète bien la description que livrera plus tard l’abbé Guilbert (Description historique…, 1731, vol. I, p. 119-120), signalant un « magnifique plafond de menuiserie à plusieurs compartiments de cadres & parquets enrichis de divers ornements & chiffres en or de François I qui l’a fait faire, qu’aux peintures de ce plafond, où l’on a rassemblé tout ce que le pinceau a de plus vif pour y former sur bois un Vulcain, chef-d’œuvre de l’art ; dans le milieu, un Mercure & une Vénus ; dans les deux extrémités est nombre de masques & têtes, dont la force et la beauté porteraient à croire qu’ils sont de Fréminet, ce que l’on n’ose assurer ». On peut donc supposer que la triade de Vulcain, Mercure et Vénus, occupait les trois compartiments carrés, tandis que les plus petits étaient réservés à des motifs décoratifs et aux chiffres de François Ier. La figure de Vulcain répondait elle-même au motif de la Forge de Vulcain qui se déployait sur le manteau de la cheminée. Cette structure, à grosse compartimentation accueillant une figure mythologique, sera reprise dans son principe par le plafond qui lui succèdera, en 1753, sous le pinceau de François Boucher.

A l’ouest de la chambre du roi, le dessin de Robert de Cotte offre un précieux aperçu du plafond du « cabinet des Empereurs », décoré une première fois sous Charles IX de douze effigies équestres d’empereurs romains (complétés par Henri IV de son propre portrait à cheval sur la cheminée), puis redécoré sous Anne d’Autriche au profit de simples bustes d’empereurs en grisaille, confiés au peintre Louis Testelin. Début 1644, ce cabinet est concerné par l’importante campagne de travaux menée dans l’appartement de la reine par le surintendant François Sublet de Noyers, qui charge son ami le peintre Charles Errard d’en concevoir les décors. Une série de marchés est signée entre janvier et mars 1644 pour les travaux de menuiserie puis de peinture de l’antichambre, de la chambre, et du cabinet de la reine (Paris, AN, MC, CXII, 43 ; Samoyault et Samoyault-Verlet, Sublet de Noyers au service d’Anne d’Autriche…, 2004, p. 152-161). Le plafond de la chambre de la reine (en partie remanié au XVIIIe siècle) existe toujours. On ne conserve plus, en revanche, le plafond de l’antichambre confié au menuisier François Moriceau et au peintre local Claude de Hoey (pour ses ornements peints et sa dorure). Le centre du plafond était manifestement occupé par une grande composition de Louis Testelin représentant le char d’Apollon, également perdu. Le plafond du « cabinet des Empereurs » (le cabinet de la reine) fait l’objet d’un marché de menuiserie signé le 15 janvier 1644 par Pierre Dionis, puis d’un marché de peinture confié le 29 mars à Henri Champagne, moyennant 4700 livres.

Il est probable, comme pour ses confrères actifs au château, qu’Henri Champagne a dû exécuter le décor sous le contrôle et d’après les dessins de Charles Errard. Champagne est un peintre parisien encore mal connu. Il est cité une première fois comme maître peintre à Paris en 1637, puis est mentionné l’année suivante comme demeurant « à l’hôtel de Luxembourg », suggérant qu’il pourrait avoir occupé un atelier aménagé au Petit Luxembourg, et y travailler au service du cardinal de Richelieu. C’est effectivement à cette période que le peintre est employé aux décors du château de Rueil. Après la mort du Cardinal, il est chargé par la duchesse d’Aiguillon d’achever certains éléments du décor intérieur. C’est tout juste après ce chantier que Champagne officie à Fontainebleau, probablement comme assistant de Charles Errard, au même titre que Louis Testelin et plus tard Noël Coypel. Il n’est pas garanti qu’il ait poursuivi sa carrière bien au-delà du chantier de Fontainebleau : dès juin 1646, il s’acquitte de ses dettes avant d’entrer comme religieux novice au couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré, tout en continuant à être couché sur les listes des artisans gagés (à hauteur de 200 livres) par le service des Bâtiments du roi en 1656 et 1668.

A Fontainebleau, Champagne est chargé d’un décor ambitieux. En 1731, l’abbé Guilbert (vol. I, p. 152) décrit un plafond imposant, où la peinture joue une place majeure (contrairement aux deux chambres attenantes) : « au milieu du plafond d’une très belle menuiserie dorée en plein, est le portrait sur bois d’Anne d’Autriche assise, ayant un sceptre dans une main & un aigle sur l’autre, & autour sont huit Vertus morales, telles que la Charité, la Prudence, la Religion, l’Espérance, la Miséricorde, la Force, la Justice & la Libéralité, qui étaient les attributs de cette Reine ». Le dessin de Robert de Cotte permet de visualiser le détail du marché passé avec le menuisier Pierre Dionis, qui mentionne bien un grand octogone central, tout comme le marché de peinture signé par Champagne, où celui-ci est chargé de peindre des vertus en grisaille sur fond de mosaïque d’or dans huit compartiments. On remarque, sur le dessin de Robert de Cotte, de légères indications au crayon à l’intérieur de l’octogone central, signalant l’existence d’un octogone plus petit, presque ovale, cantonné de huit compartiments trapézoïdaux. Au centre prenait donc place la figure d’Anne d’Autriche, tandis que les huit Vertus exécutaient une intrigante ronde autour de la régente.

Le marché signé par Champagne précise que le peintre devra travailler à partir des esquisses qui lui seront fournies. Ces dernières ont certainement été réalisées par Charles Errard. Un rare fragment peint sur bois conservé au château, représentant l’Allégorie de la Force (plutôt que la Justice) a été mis en relation avec ce plafond. S’il provient effectivement du plafond du cabinet de la reine, il faut en déduire que le projet a subi quelques modifications entre la signature du marché et son exécution : les Vertus en grisaille sur fond d’or ont laissé place à des figures en couleur, assises sur des nuées. L’Allégorie de la Force devait prendre place sur l’un des « longs côtés » de l’octogone, plus compatibles avec ses dimensions (171 x 93 cm). Le fragment conservé a quelquefois été attribué à Charles Errard lui-même (Kerspern, 1990, p. 33-34), mais son traitement n’a pas la fraicheur ni la finesse d’exécution des rares tableaux connus du maître. L’état passable du panneau joue peut-être en sa défaveur. Le canon classique de la Force et le jeu ample des drapés bouffants trahissent à coup sûr une invention de Charles Errard, mais le modelé parfois sec et une certaine rigidité des formes invitent à y voir un travail d’exécutant. Il pourrait s’agir de l’unique œuvre conservée d’Henri Champagne, intervenant ici comme un fidèle traducteur des dessins d’Errard.

Le dessin de l’agence Robert de Cotte permet d’affiner notre connaissance sur les plafonds perdus de Fontainebleau. Il montre que les choix opérés par Charles Errard dans la structure ornementale des plafonds ont toujours cherché à s’intégrer au mieux dans la trame historique du château, en s’accordant aux profondes compartimentations déjà effectuées dans les pièces ornées au XVIe siècle (comme le cabinet du roi) tout en jouant sur la variété des effets, alternant les plafonds puissamment moulurés ou sculptés (les chambres du roi et de la reine) et ceux où la peinture se déploie généreusement (le cabinet de la reine et son antichambre).


OpenEdition suggests that you cite this post as follows:
nestorov (April 30, 2024). Sur des plafonds disparus de Fontainebleau. PLAFOND-3D. Retrieved July 15, 2024 from https://doi.org/10.58079/10s5z


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search