Sur des plafonds disparus de Fontainebleau

 

Des ambitieux décors créés pour les appartements royaux de Fontainebleau au XVIIe siècle, ceux réalisés pendant la régence d’Anne d’Autriche dans les années 1640-1650 ont peut-être été les plus maltraités. Hormis les plafonds de la chambre du roi, des deux chambres de la reine dans l’aile du donjon et dans celle « des Poêles » et d’une petite portion de celui de la salle des gardes de cette même aile, l’essentiel du décor conçu à partir de 1644 sous la direction de François Sublet de Noyers puis de son successeur, Antoine de Ratabon, a été détruit par les aléas du goût ou les réaménagements énergiques entrepris au XVIIIe siècle. Aucune trace (hormis quelques gravures) ne subsiste du beau vestibule de la galerie de la reine décoré par Simon Vouet, ni du magnifique « grand cabinet » aménagé dans le pavillon des Poêles et orné dans ses lambris de beaux paysages d’Henri Mauperché, qui faisaient délicieusement écho aux grandes fenêtres ouvrant sur le parc. Difficile d’imaginer aujourd’hui que presque toutes les pièces des appartements royaux, au premier étage du château, étaient pourvu d’un grand plafond peint à compartiments, pourvu de scènes mythologiques ou allégoriques chantant les bienfaits de la régence ou le souvenir du défunt Louis XIII. On en trouvait ainsi dans les appartements du roi et de la reine, dans celui de Monsieur (dans l’aile nord-est de la cour du donjon), et celui des reines-mères dans l’aile des Poêles.

Continue reading “Sur des plafonds disparus de Fontainebleau”

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search